Conférences 2021


Vivre et travailler à Canton dans le "lazaret commercial" occidental à la fin du 18e siècle

Jeudi 30 septembre 2021 - 18h30 - Plateau des quatre vents (Lorient)

Marie-Sybille de Vienne Professeur des Universités, Institut national des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Histoire économique de l’Asie du Sud-Est. Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Le commerce européen « à la Chine » est difficile, car les Occidentaux sont constamment gênés dans leurs entreprises à Canton. Tout le trafic se fait par eau ; les factoreries européennes sont alignées le long de la rivière, en face d’un vaste faubourg où se trouve un fort chargé de les surveiller.Le gouvernement chinois éprouve pour les Européens des sentiments ambigus ; il les craint, et il les exploite. Il fait en sorte qu’ils ne se mêlent point à la population, interdisant aux Chinois d’enseigner leur langue et aux Européens le commerce des femmes. Une compagnie, le Kon hong, dont les douze membres (hanistes) sont collectivement responsables, a reçu l’exclusivité du commerce avec les Européens. Chaque vaisseau occidental doit choisir un garant (fiador) parmi les hanistes. Chargement et déchargement des cargaisons sont méticuleusement surveillés ; le montant des droits — payés par les Chinois — dépend du bon vouloir des commis des douanes ; la corruption est généralisée.

Le voyage de Jeronimo Lobo en Abyssinie : les enjeux politiques, religieux, commerciaux des 16e et 17e siècles en Orient

Jeudi 19 novembre 2021 - 18h30 - Plateau des quatre vents (Lorient)

Gérard Geist - Historien spécialiste de la période moderne

Comme beaucoup de jésuites partis évangéliser le monde dès le XVIe siècle, Jeronimo Lobo est Portugais, mais sa destination est originale et méconnue : l’Abyssinie (actuelle Ethiopie) où il débarque en 1625. Le mythique royaume du prêtre Jean faisait rêver l’Occident depuis des siècles et la relation de voyage écrite par Lobo lui-même permet au lecteur de se plonger dans un univers fait de voyages au long cours et de batailles navales.

Le récit de Jeronimo Lobo laisse entrevoir les enjeux politiques, religieux et commerciaux de cette époque, et décrit les populations indigènes de pays inconnus : l’Inde, mais surtout l’Éthiopie, seul pays chrétien d’Afrique dont l’empereur s’est converti au catholicisme en 1626. Une conférence d’histoire et de voyage.

Les idées reçues sur les grandes découvertes

Jeudi 9 décembre 2021 - 18h30 - Plateau des quatre vents (Lorient)

Michel Chandeigne - Editeur, auteur sous le pseudo de Xavier de Castro, spécialiste du monde lusophone, de Magellan et de l’Histoire des Voyages.

Comme pour tous les grands événements de l’Histoire, les mythes empiètent sur les faits. L’Histoire des voyages en est truffée. Jamais l’Eglise n'a prétendu que la Terre était plate, la « fameuse » École de Sagres n'a jamais existé, Cortés n'a pas brûlé ses vaisseaux, Magellan n’a jamais projeté de faire un tour du monde, les épices n’ont jamais valu leur «pesant d’or», etc. la liste est longue. La conférence en aborde quelques-unes de manière érudite et ludique en expliquant leur origine, parfois très ancienne. Mais au 20e siècle d’autres idées reçues apparaissent, comme celles sur la Controverse de Valladolid...

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut