Conférences


Mardi 26 février 2019 - 18h30
Peindre l'ailleurs. Les voyages d'artistes européens sur d'autres continents. Sarah Ligner, conservatrice du patrimoine, responsable de l'unité patrimoniale, "mondialisation historique et contemporaine", musée du quai Branly - Jacques Chirac.

Les voyages d’artistes européens sur d’autres continents se sont épanouis, en lien étroit avec l’expansion européenne outre-mer. Rares à la Renaissance, ils se multiplient aux 19e et 20e siècles. Les œuvres issues de ces voyages ont accompagné la diffusion des connaissances sur les lieux et peuples lointains. Elles ont aussi contribué à la création d’un imaginaire occidental de l’exotisme. La conférence invite à suivre quelques-uns de ces artistes dans leurs voyages, du 17e au 20e siècle. Les modalités de leurs déplacements sont interrogées ainsi que l’évolution du regard de l’artiste, entre description onirique et précision documentaire.

Ecouter la conférence :


Mardi 19 mars 2019 - 18h30
De la Chine aux lachines : esthétiques croisées, culture matérielle et effets de mondialisation.
Vanessa Alayrac Fielding, maître de conférences HDR, université de Lille.

Le commerce des Compagnies des Indes orientales européennes avec la Chine fait découvrir aux amateurs européens de nouveaux objets et matériaux (porcelaines, laques), de nouvelles saveurs (thé, épices). L’émerveillement pour les objets chinois donne naissance à une esthétique sino-européenne dans divers domaines (style des chinoiseries dans les arts décoratifs ou style "anglo-chinois" dans l’art des jardins). Cette conférence propose de porter un double regard sur les effets politiques et esthétiques de la mondialisation des échanges commerciaux, à travers l’étude de la réception d’objets, perçus comme exotiques par le public européen.

Ecouter la conférence :


 

Mardi 23 avril 2019 - 18h30
Le voyage immobile des premiers cabinets de curiosités européens (XVIe-XVIIe siècles)
.
Myriam Marrache-Gouraud, maître de conférences HDR en littérature française de la Renaissance, université de Bretagne Occidentale (Brest).

Les premiers cabinets de curiosités des 16e et 17e siècles en Europe bénéficient des apports des grandes découvertes, tandis que les voyages transatlantiques se multiplient. De nombreux objets affluent des "quatre parties" du monde désormais connues par les Européens. En retour, les cabinets de curiosités donnent, en réduction, l’image d’un abrégé du monde entier. Le visiteur peut ainsi parcourir différents continents et découvrir leurs singularités. Cela suppose des mises en scènes minutieuses, éloquentes, qui permettent de faire entrer le Nouveau monde dans l’ancien et de faire émerger une certaine idée de l’exotisme.

Ecouter la conférence :


 

Mardi 15 octobre 2019 - 18h30
Le voyage de Magellan (1519-1522) - Idées reçues et révélations sur le premier voyage autour du monde. À
l'occasion du 500e anniversaire du départ de Magellan.
Michel Chandeigne, éditeur, directeur et co-auteur du monumental ouvrage de référence sur Magellan (2007).


Fernand de Magellan est le plus célèbre des navigateurs et son voyage - qui n'avait pas pour objet de faire un tour du monde - la plus fascinante des aventures. Cependant, les études sérieuses sur le sujet étaient assez rares et la quasi-totalité des biographiques et des reportages fourmillent d'erreurs récurrentes. Cette conférence balaie nombre d'idées fausses et permet de reconstituer cette expédition de manière très concrète, avec des détails inédits ainsi que le nombre exact des participants (242), celui des survivants (91) et de ceux qui ont effectivement fait le tour du monde (35, dont un français).


 

Mardi 19 novembre 2019 - 18h30
Paris, capitale des éventaillistes durant deux siècles (1700-1900). Georgina Letourmy-Bordier, historienne de l'éventail, expert en éventails pour le marché de l'art.


Si la genèse de l'éventail nous conduit en Asie, les grandes heures de cet objet d'art et de mode éminemment féminin, sont européennes. Tandis que sa vogue croît durant la seconde moitié du 17e siècle, plusieurs pays rivalisent dans sa fabrication. L'iconographie choisie n'est pas anodine. Décor et ornements permettent d'appréhender certains échanges et influences. La Chine apparaît comme un fil conducteur. Les importations de montures les confortent à différents savoir-faire dont la nouveauté se révèle stimulante. Certains motifs d'inspiration asiatique se mêlent aux décors traditionnels. Le "goût chinois" ne quitte pas l'éventail durant plus d'un siècle.


 

Archives conférences

Retour en haut