Statuettes de mandarins


20/04/2020 - Statuettes de mandarins

Chine, dynastie Qing, règne de Qianlong (1736-1795), vers 1790. Argile polychrome. H.22,5 cm. Inv. 2016.5.1 et 2.

Ces couples de mandarins, à tête oscillante, ont connu un immense succès en Europe pendant tout le 18e siècle et jusqu'au milieu du 19e siècle. Vers 1750, deux inventaires après-décès de marins morts à bord de vaisseaux de la Compagnie des Indes, indiquent qu’ils rentrent de leur périple en Chine avec des « figures chinoises ». En 1772, il en est également fait mention dans la vente annuelle à Lorient. En 1790, Thomas-Simon Bérard (1741-1794), administrateur de la Compagnie des Indes, en fait venir huit à son intention, par le vaisseau le Dauphin, armé à Lorient à destination de la Chine.

De même, les inventaires après-décès français du 18e siècle, montrent que ces objets occupent une place de choix dans les collections des amateurs. Ils sont nommés figures de Chine, pagode ou magot, tandis que certains détracteurs de la mode des chinoiseries les appellent Bouddha branle-tête.

© B. Nicolas, F. Georges, Musée de la Compagnie des Indes


 

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut