Plat en marqueterie de nacre


18/05/2020 - Plat en marqueterie de nacre

Inde, région du Gujarat (?), fin 16e-début 17e siècle. Marqueterie de nacre du coquillage turbo marmoratus, cuivre. D. 23 cm, H. 3,8 cm. Inv. 2016.1.1. Achat avec l’aide du FRAM Bretagne.

Polie, la nacre du coquillage burgau – pêché sur les côtes ouest de l'Inde, des Philippines et d'Indonésie – souvent rose ou bleutée, révèle une matière intense, translucide, brillante, aux reflets irisés changeants. Taillée en écaille, elle permet de réaliser des objets raffinés aux coloris vibrants. A l'origine, ces objets sont réalisés à l'intention des cours indiennes, dont l'opulence, le faste et la volonté ostentatoire, s'incarnent parfaitement dans ces objets somptueux. Très vite, les riches Portugais établis en Inde, à Goa notamment, achètent ou passent commande d'objets semblables aux artisans du Gujarat (Cambay, Ahmedabad, Surat) et du Sind (aujourd'hui sud Pakistan), spécialisés dans cette production.

Parvenus au Portugal, ces objets sont vendus dans quelques boutiques, situés dans la Rua Nova de Lisbonne et spécialisées dans le commerce de luxe, en provenance des comptoirs portugais. En 1529, le roi François Ier y fait l'acquisition d'un calice marqueté à feuillages de nacre.

Offerts aux trésors des institutions religieuses ou collectionnés par les grands aristocrates, ces objets reflètent la fascination envers le luxe oriental, l'un des moteurs qui a poussé les Européens vers l'Asie. Ce plat en est un exemple. Il est l'un des éléments caractéristiques des chambres des merveilles dont le succès perdure jusqu'au 18e siècle, auprès d'un nombre toujours plus grand de collectionneurs, grâce à l'arrivée des objets via les bateaux des compagnies des Indes.

© B. Nicolas, musée de la Compagnie des Indes


 

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut