La mort de saint François Xavier


14/04/2020 - La mort de saint François Xavier sur l'île de Sancian en Chine

Anonyme, Chine, ateliers de Hong-Kong (?), vers 1850. Huile sur toile. H. 65 cm, L. 62 cm. Inv. 2009.4.1.2

L’œuvre d'évangélisation menée en Asie par la Compagnie de Jésus à partir du 16e siècle bénéficie du développement du commerce maritime international aux mains des compagnies des Indes. En échange de leur monopole de commerce, ces compagnies ont le devoir d'assurer le transport des pères vers leur mission.

A partir de 1540, Ignace de Loyola envoie des pères jésuites dans l'Inde portugaise pour une mission d'évangélisation. En 1541, l'illustre François Xavier embarque pour l'Asie en qualité de nonce du pape. Après un séjour de quelques années en Inde, à Goa et au cap Comorin, il poursuit sa mission vers Malacca et les îles Moluques, autres comptoirs portugais. Les trois dernières années de sa vie sont consacrées à l'évangélisation du Japon. Il meurt à la porte de la Chine sur l'île de Sancian, comme l'évoque ce tableau.

Le modèle d'évangélisation par « adaptation » expérimenté par François Xavier est repris par le père Matteo Ricci en Chine et par le père de Nobili en Inde. Leur méthode n'exige pas des futurs convertis une rupture totale avec les anciennes traditions et avec la pratique de certains rites.

Le long règne de Kangxi, 1662-1722, correspond à l'âge d'or de la Compagnie de Jésus en Chine. Les plus savants d'entre eux connaissent les honneurs et les servitudes de la cour impériale qu'ils acceptent au nom de la foi en leur mission apostolique. L'empereur, en quête incessante d'érudition, s'est attaché leur service dans de nombreux domaines, dont la peinture. Il se lie d'amitié avec les jésuites et confie à certains d'entre eux la représentation de ses campagnes militaires ou de ses parties de chasse impériales. Les frères jésuites sont les premiers artistes occidentaux à réaliser des images de l'empire du Milieu qui seront par la suite gravées et diffusées en Europe. Leur contribution à la connaissance de la Chine impériale par l'Europe savante est immense.

A la demande de l'empereur, les pères jésuites forment quelques peintres chinois à la technique de la peinture à l'huile alors inconnue en Chine. Ils enseignent les modes de figuration en usage en Europe aux artistes de la cour impériale ainsi qu'à ceux des ateliers de fabrication de porcelaine de Jingdezhen.

© B. Nicolas, F. Georges, Musée de la Compagnie des Indes


 

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut