Grand plat à décor rayonnant


6/04/2020 - Grand plat à décor rayonnant

Japon, Arita, vers 1680. Porcelaine Imari, émaux sur couverte, rehauts d'or, diamètre 46 cm. Don de M. G. Le Gars, Inv. 2012.17.1

A partir de 1616, les Japonais emploient le kaolin qu'ils cuisent à haute température pour obtenir une porcelaine semblable à celle de la Chine. Leurs premières productions rappellent les « bleu et blanc » des Ming. La maîtrise de l'oxyde de fer et de l'or posés sur la couverte leur permet de mettre au point une céramique polychrome flamboyante à trois couleurs baptisée du nom de son port d'exportation : Imari. Ces porcelaines se caractérisent par la somptuosité de leur décor couvrant aux motifs imprégnés de symbolique shintoïste et bouddhiste. C'est le cas pour ce grand plat au décor rayonnant avec bouquets et phénix en réserve dans une palette Imari, bleu ardoise sous la glaçure, rouge et or sur la couverte. Les commanditaires hollandais contribuent à l'évolution de l'ornementation Imari en réclamant toujours « plus de fleurs ». Seule la VOC et un petit nombre de Chinois autorisés à débarquer sur l'îlot de Deshima, peuvent quérir cette nouvelle production. Dès la pacification de la Chine, la plupart des compagnies des Indes européennes, exclues du commerce avec le Japon, en sollicitent la copie par les céramistes chinois.

© B. Nicolas, F. Georges, Musée de la Compagnie des Indes.

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut