Fauteuil orné


22/05/2020 - Fauteuil orné de divinités et de figures mythiques hindoues

Inde – Tamil Nadu (Pondichéry ?), vers 1820. Bois et ivoire. Dimensions : H. 151 cm ; l. 64 cm ; P. 64 cm. Inv. 2011.5.1

A partir des dernières décennies du 18e siècle, les Européens construisent un savoir touchant les religions et les courants philosophiques indiens et commencent à dessiner les monuments indiens. Reproduits sous forme de gravures, notamment dans Monuments anciens et modernes de l’Hindoustan, publié par Louis Langlès en 1817, ces travaux servent de répertoire aux artisans Indiens qui développent, à destination des colons européens, un mobilier inspiré des temples du Sud de l’Inde.

Au centre du dossier, à l’avant, figure le dieu Krishna jouant de la flûte. La traverse supérieure est ornée de la représentation de la naissance de la déesse Laksmî, émergeant de l’Océan de lait, sacrée souveraine et ointe d’eau pure par les éléphants. Des yâlî bondissants, monstres mythiques, tenant de l’éléphant et du félin, ornent les côtés du dossier, les pieds et les accotoirs. Ces derniers s’achèvent par des têtes de léogriffes. La forme des pieds, avec de grands yâlî reposant sur des éléphants est directement inspirée des piliers d’une des salles du temple Sri Meenakshi à Madurai (Tamil Nadu) dessiné en 1780 par l'Anglais Blackader et reproduit dans l’ouvrage de Louis Langlès.

Le fauteuil a fait l'objet d'une restauration en 2018, avant d'être exposé en 2020. L'une des équerres maintenant les pieds à l'assise était brisée, une autre était déformée. Ces dégradations ne permettaient pas une posture stable de l’objet. Le restaurateur a repositionné les pieds et en a assuré une fixation solide.

L'objet, très empoussiéré, est désormais nettoyé. Les petits éléments d'ivoire figurant les défenses d'éléphants, dont la fixation était défaillante, sont aujourd'hui solidaires de l'ensemble.

Ce fauteuil Tchoultry trône, depuis février, dans une des vitrines du musée consacrées à l'Inde.

© B. Nicolas, F. Georges, musée de la Compagnie des Indes.


 

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut