Epissoir


24/04/2020 - Epissoir

Île Pitcairn, océan Pacifique (?), 1888 (?). Bois taillé et gravé. Inscriptions : DC, 1888 d'un côté, et de l'autre CG. H. 4 cm, L. 29 cm. Don de Victor Tonnerre et de l'association des Amis du musée de la Compagnie des Indes. Inv. 2017.10.1.

Un épissoir est l'outil indispensable au matelotage. Il sert, comme son nom l'indique, à faire des épissures. Celles-ci relient deux cordages par un travail d'entrelacement des torons que permet l'épissoir.

Celui-ci a été ramené de l'île Pitcairn par le navigateur Alain Colas. C'est un descendant des mutinés du Bounty qui le lui aurait offert. Alain Colas a ensuite donné cet épissoir à Victor Tonnerre, directeur de la voilerie Tonnerre, une semaine avant son départ pour la course maritime de la Route du Rhum en 1978 au cours de laquelle il disparaît.

L'île Pitcairn est une île de l'océan Pacifique. Elle est célèbre en raison de l'histoire, portée plusieurs fois à l'écran, des révoltés du Bounty, frégate de la Royal Navy.

Ayant pour mission de ramener des arbres à pain, ce navire accoste sur l'île de Tahiti en 1788. Les marins quittent l'île, à regret, après cinq mois de relâche. Après quelques jours de mer, le 28 avril 1789, une partie de l'équipage se mutine invoquant la brutalité du capitaine William Bligh.

Après une vaine tentative d'installation sur l'île de Tubai, le Bounty, commandé désormais par Christian Fletcher, met à nouveau le cap sur Tahiti. Activement recherchés par la Royal Navy, 8 membres d'équipage, auxquels se sont joints 18 Polynésiens, décident de s'enfuir à nouveau et trouvent refuge, en janvier 1790, sur l'île Pitcairn. Le vaisseau y est brûlé le 23 janvier pour qu'il ne soit pas repéré.

La vie insulaire se révèle difficile. En 1794, les Polynésiens se révoltent à leur tour assassinant plusieurs Européens dont Christian Fletcher. En représailles, ces derniers massacrent les Polynésiens puis commencent à s'entretuer. Lorsqu'en 1808, le baleinier le Topaz accoste sur l'île, il ne reste que John Adams, une dizaine de femmes et une vingtaine d'enfants.

La date, 1888, inscrite sur l'épissoir, commémore le centenaire de l'arrivée du Bounty à Tahiti. Il est difficile d'assurer, avec certitude, que cet épissoir a bien été la propriété d'un descendant des « révoltés du Bounty ».

© B. Nicolas, F. Georges, Musée de la Compagnie des Indes


 

© 2018 - site officiel du Musée de la Compagnie des Indes de Lorient

Retour en haut